Nouveau
Le bio, est-ce meilleur pour la santé ?

L’agriculture BIO : un mode de production qui n’utilise ni pesticides ni OGM

Comme le mode de production biologique proscrit l’utilisation de produits chimiques de synthèse, elle contient moins de résidus indésirables. Le résultat est confirmé par le rapport de l’AFSSA : « l’ensemble des études disponibles montre que la grande majorité des produits biologiques ne contiennent pas de résidus de pesticides » alors que de nombreuses études tendent à prouver le lien entre l’exposition aux pesticides et l’apparition de certaines maladies de type cancéreux par exemple.

Tous les nutritionnistes s’accordent à dire qu’il faut consommer des fruits et légumes, ainsi que des céréales complètes ou semi-complètes (pâtes, pain complet ou semi-complet …), afin notamment d’améliorer l’apport en fibres. Or les produits chimiques (issus des pesticides, engrais chimiques et conservateurs) se concentrent essentiellement dans l’enveloppe du grain de la céréale ou la peau des fruits et des légumes. En toute logique, il vaut donc mieux consommer des fruits, légumes et céréales complètes issues de l’agriculture biologique, mode de production exempt de produits chimiques de synthèse.

Le cahier des charges bio interdit l’utilisation d’OGM aussi bien dans les procédés de production que de transformation ; la consommation de produits bio garantit donc une alimentation sans OGM, produits dont l’intérêt et l’innocuité restent à démontrer comme le soulignent le Rapport des Quatre Sages (02.2002) et le refus de formulation d’un avis par l’AFSSA (03.2003).

En ce qui concerne les métaux lourds, le rapport de l’AFSSA indique que « les restrictions imposées par le cahier des charges (période de conversion des parcelles, interdiction d’épandage de boues de station d’épuration, limitation plus stricte pour les sels de cuivre…) concourent à limiter le risque de contamination des denrées biologiques végétales et animales par des métaux lourds ».

Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliment, rapport « évaluation des risques et bénéfices nutritionnels et sanitaires des aliments issus de l’agriculture biologique, 28 avril 2003.
Références sur le site du MDRGF (Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures, association loi 1901 travaillant sur le thème des pesticides) www.mdrgf.org.
Des informations aussi sur site www.msa.fr sur actions Phyt’attitudes et études SUMER, voir des études comme celles sur les « organochlorés et le cancer du sein » (Li JY, 2006) et « POP (dont pesticides) et cancer de la prostate » (L Hardell, 2006).

Des animaux élevés avec le mois de traitements allopathiques possible

En élevage biologique, l’alimentation des animaux est constituée de produits biologiques (pâturages, fourrages, céréales) ; les farines animales ont donc toujours été proscrites. Par ailleurs, les traitements allopathiques sont extrêmement limités ; l’élevage biologique privilégie les traitements homéopathiques, phytothérapiques ou autres médecines alternatives.

Des produits transformes sans additifs ni conservateurs chimiques de synthese et des procédés de transformation qui ne dénaturent pas les produits

Les produits transformés sont fabriqués sans additifs ni conservateurs ou colorants chimiques de synthèse. icones_peda
L’AFSSA reconnaît que les procédés de transformation utilisés pour les produits biologiques préservent de façon optimale les qualités nutritionnelles des matières premières (exemple des procédés de fabrication du pain, de pression des huiles).
Ainsi, par exemple, des filières comme le pain « bio d’Ile de France »© travaillent avec une farine semi-complète, moulue sur meule de pierre, deux caractéristiques importantes pour notre alimentation puisque la meule de pierre permet de conserver les qualités nutritionnelles du blé et qu’une farine moins raffinée que les farines blanches présente des teneurs plus élevées en minéraux, vitamines et fibres. Par ailleurs, le pain « bio d’Ile de France »©, fait à partir de levain naturel, a un indice glycémique moins élevé qu’un pain fait avec de la levure chimique.

Des produits BIO souvent plus riches en matière seche

De plus, les analyses nutritionnelles reprises dans le rapport de l’AFSSA de septembre 2003 montrent que les produits biologiques ont tendance à présenter des teneurs supérieures en : matière sèche dans les légumes, magnésium, fer, vitamine C dans certains légumes, acides gras polyinsaturés dans les viandes, polyphénols dans les fruits et légumes .

Voir aussi le livre « Nourrir la vie. Encyclopédie de l’alimentation biologique et de l’équilibre nutritionnel » du Dr Lylian Le Goff (paru en 2000), ainsi que le dossier thématique sur la « qualité des produits bio » de la revue « Alter Agri » de l’ITAB (juin 2007).