Nouveau
Agronomie et techniques en Grandes Cultures

Les pratiques biologiques vous apportent des réponses

C’est à l’échelle de la rotation, qui doit être longue, diversifiée et bien adaptée au terroir, que l’agriculteur définit sa stratégie de fertilisation et de protection des cultures. Le choix de la rotation dépend aussi des possibilités de valorisation des produits.

Comment gère-t-on la fertilisation sans engrais minéraux ?

- En introduisant des légumineuses dans la rotation (luzerne, pois…).
- En alternant des cultures plus ou moins exigeantes en azote dans la rotation.
- En apportant des engrais sous forme organique, de préférence compostés.
- En limitant les sols nus en hiver, c’est-à-dire en alternant les cultures d’hiver et de printemps et en implantant des cultures intermédiaires (CIPAN). En broyant, dispersant et enfouissant les résidus de culture par un déchaumage superficiel.
- En développant les surfaces en prairies en système de polyculture élevage.

Comment gère-t-on les adventices, les maladies et les ravageurs ?

- En alternant les familles végétales dans la rotation.
- En pratiquant des faux-semis et des semis tardifs pour les céréales d’hiver.
- En choisissant des variétés résistantes et à implantation rapide.
- En pratiquant le désherbage mécanique (herse rotative, bineuse…) ou thermique.
- En utilisant certains produits autorisés (cuivre, soufre…).
- En favorisant le développement de la faune auxiliaire en implantant des haies et des bandes enherbées.