Nouveau
Les produits bio d’élevage

La prévention passe par des actions sur le milieu extérieur, sur l’alimentation et sur l’animal.

Les aliments doivent être issus de l’agriculture biologique et provenir d’une entreprise agréée.
Les OGM et dérivés ainsi que les acides aminés de synthèse sont INTERDITS. Un pourcentage minimum de l’alimentation est produit sur la ferme.

Pratiques Générales d’Elevage Bio.

- En dehors des vaccins, des traitements antiparasitaires, et des plans d’éradication obligatoire, le maximum de traitements à base de médicaments vétérinaires allopathiques chimiques de synthèse ou d’antibiotique en douze mois est de un quand le cycle de vie est inférieure à un an, et trois dans le cas contraire.


- Au moins 50% des aliments provient de l’unité de production ou d’autres exploitations biologiques de la région.

- Le zéro pâturage et le hors-sol sont INTERDITS.

- Les animaux pâturent des parcelles bio ou en conversion.

- Les animaux doivent accéder aux pâturages dès que possible.

- Au moins la moitié de la surface intérieure du bâtiment est en matériau dur.

Volailles

Les bâtiments : icones_peda


- Un tiers au moins de la surface doit être construit en dur.
- Equipement en perchoirs et accès à l’espace de plein air obligatoire.
- Minimum de 16 heures de luminosité par jour (de préférence naturelle) et 8 heures continues de repos nocturne
- Les cages sont exclues dans les bâtiments.
Les parcours : icones_peda
- les volailles doivent avoir un accès au plein air (bio ou en conversion) pendant au moins un tiers de leur vie.
Alimentation : icones_peda
- Les volailles sont nourries avec de l’aliment bio à 95% minimum.
- 5% d’aliments conventionnels en moyenne par an, autorisé du 01/01/2010 au 31/12/201, puis 0% à partir du 01/01/2012.

Œufs

Les bâtiments : icones_peda
- La densité maximum dans les bâtiments est de 6 poules par m², chaque bâtiment étant limité à 3 000 poules.

Les parcours : icones_peda
- Les surfaces minimum de parcours sont de 4 m2 par poule, dans la limite de 170kg d’azote par hectare.
- 40% au minimum doit être produit sur l’exploitation (sauf dérogation).

- Le ramassage des œufs est effectué au moins deux fois par jour.
- Ils doivent ensuite être conservés dans un local fermé isolé avec une température comprise entre 5°C et 18°C.
- Les emballages doivent être respectueux de l’environnement.
- La date de limite de vente est fixée à 21 jours après la date de ponte

Volailles de chair

Les bâtiments : icones_peda
- La densité maximum dans les bâtiments est de 10 poules ou 21kg de poids vif par m², dans les installations fixes, ou 16 poules ou 30kg de poids vif par m², dans les installations mobiles de 150m2 de surface au sol maximum. Chaque bâtiment avicole est limité à 1 600 m² et ne peut compter plus de :
- 4 800 poulets
- 5200 pintades
- 4 000 canards de Barbarie ou de pékin femelles ou 3 200 canards de Barbarie ou de pékin mâles ou autre canards.

Les parcours : icones_peda
- Les surfaces minimum de parcours sont de 4 m2 par poulet de chair dans les installations fixes, et 2.5 m2 par poulet de chair dans les installations mobiles, dans la limite de 170kg d’azote par hectare.
- La surface minimum de parcours est de :
  • 4 m² par pintade,
  • 10 m² par dinde,
  • 15 m² par oie.

Voici l’âge minimum d’abattage pour quelques types de volailles :
- 81 jours pour les poulets,
- 94 jours pour les pintades,
- 100 jours pour les dindes,
- 140 jours pour les oies et les dindes de souches festives entières,

Viande bovine et équine

- Les races autochtones et rustiques sont de préférences utilisées.
- Si des achats sont faits, les vaches et les taureaux doivent provenir d’un élevage BIO.
- Possibilité d’acheter des animaux non bio à des fins de reproduction, lorsque les animaux bio recherchés ne sont pas disponibles.
- Les animaux non bio introduits dans l’exploitation doivent réaliser une période de conversion d’un an ou de ¾ de sa vie.

Chargement maximum à l’hectare : icones_peda
- 5 bovins de moins d’un an
- 3.3 bovins de 1 à 2 ans
- 2 bovins males ou 2.5 bovins femelles de plus de deux ans
- 2 équins de plus de 6 mois


- L’alimentation des jeunes est basée sur le lait naturel, de préférence maternel.
- Les médicaments à libération contrôlés, les substances stimulant la croissance ou la production sont interdits ainsi que les hormones.
- L’abattoir doit être contrôlé par un organisme certificateur.

Viande ovine

Si des achats sont faits, les brebis et les béliers doivent provenir d’un élevage BIO.
- La surface minimum en bergerie est de 2,5 m² par mouton (plus 0,35 m² par agneau).
- L’aire d’exercice (hors pâturage) est de 1,5 m² par mouton et de 0,35 m²par agneau.
- Le chargement est limité à de 13.3 brebis par hectare.
- L’alimentation des jeunes est basée sur le lait naturel, de préférence maternel.

Lait de vache et produits transformés

- Si des achats sont faits, les vaches et les taureaux doivent provenir d’un élevage BIO.
- A l’intérieur du bâtiment, la densité maximale est de 6 m² par vache laitière, 10 m² par taureau pour la reproduction.
- La surface minimum en bâtiment est de 6 m² par vaches laitières
- L’aire d’exercice (hors pâturage) est de 4,5 m² par vaches laitières
- Le chargement est limité à 2 vaches laitières par hectare L’alimentation des jeunes est basée sur le lait naturel, de préférence maternel.
- L’abattoir doit être contrôlé par un organisme certificateur.
- On peut fabriquer une diversité de produits : fromages, yaourts...

Lait de chèvre et produits transformés

Si des achats sont faits, les chèvres et les boucs doivent provenir d’un élevage BIO.
- La surface minimum en bergerie est de 2,5 m² par chèvre (plus 0, 5 m² par chevreau).
- L’aire d’exercice est de 1.5 m² par chèvre et de 0,35 m²par chevreau.
- L’alimentation des jeunes est basée sur le lait naturel, de préférence maternel.
- L’abattoir doit être contrôlé par un organisme certificateur avec la mise à disposition d’un registre d’abattage.