Nouveau
Un marché à la portée des agriculteurs franciliens
Découvrez les nouveaux outils économiques développés pour les agriculteurs afin de capter le marché bio d’Île-de-France
  • icones_peda A peine créé, l’atelier de production de yaourts bio d’IdF prévoit déjà de produire 300 000 yaourts/an dès 2015.
  • icones_peda De son côté, l’association de producteurs biologiques « Fermes Bio d’Ile-de-France » (qui commercialise les produits bio d’IdF à la restauration collective et aux magasins spécialisés bio) double son chiffre d’affaire chaque année.
  • icones_peda La restauration collective notamment représente un marché désormais accessible aux agriculteurs qui le souhaitent.

Exemples

-* icones_peda Arboriculture :
  • +115 ha.
  • de pommiers bio, c’est ce que pourrait absorber la restauration collective francilienne à raison de 4 poires bio locales par convive et par an.
  • icones_peda Légumes de plein Champ :
  • +120 ha.
  • de pommes de terre bio sont nécessaires pour approvisionner la restauration collective d’IdF à raison de 4 portions de pommes de terre bio locales par convive et par an.
  • icones_peda Produits laitiers :
  • 2 millions
  • de litres de lait sont nécessaires pour approvisionner en yaourts la restauration collective francilienne à raison de 4 yaourts bio locaux par convive et par an.
Le GAB IdF est désormais en mesure de donner une visibilité et des chiffres sur la demande en produits bio locaux et des outils sont déjà mis en place pour permettre aux agriculteurs franciliens d’accéder à ce marché.
« Le développement de la filière bio est une des missions principales du GAB IdF. C’est elle qui sécurise nos exploitations sur le long terme, elle qui donne la visibilité économique nécessaire pour attirer de nouvelles conversions. » affirme Cyril Way, secrétaire général du GAB IdF.
Ces dernières années ont été fructueuses en termes d’outils de structurations de filières : 2011 : création du collectif économique « Fermes Bio d’IdF » - 2012 : Création d’une légumerie 4ème gamme bio à Flins les Mureaux (78) – 2014 : Mise en place d’un atelier de yaourts bio d’IdF à Sigy (77).
De plus, afin de pénétrer d’avantage ce marché en forte expansion, la SCIC « Coop Bio Ile-de-France » vient de voir le jour dans le but de créer des ateliers de transformation d’envergure.
Carine Thierry, présidente directrice générale de « Coop bio Île-de-France » explique le principe : « Je vois dans ce projet une réponse pertinente aux attentes sociétales identifiées aujourd’hui : origine des produits, santé publique à travers la conversion biologique des terres, emploi et dynamique régionale et enfin reconnexion du consommateur au territoire. Coop Bio Île-de-France devra donner forme à nos idées communes, à savoir :
- mettre en œuvre un outil de transformation de fruits et légumes rendant disponibles nos produits toute l’année,
- mettre en œuvre une contractualisation de nos productions à des prix rémunérateurs,
- au-delà de nos fruits et légumes, développer les filières de transformation (pain notamment) y compris pour nos animaux (abattage),
- garantir la transparence de nos fonctionnements pour les sociétaires. »
Charge aux producteurs actuels et futurs de passer le pas : l’agriculture biologique peut être une solution économique pour les exploitations franciliennes.