[COMMUNIQUE GAB / AMAP IDF] Défense et mobilisation pour l'élevage avicole de plein air !

Partagez

Paysans, paysannes, citoyens, citoyennes, consommateurs de volailles et d'œufs, les éleveur.se.s ont besoin de votre soutien : l’élevage avicole de plein-air est en danger !

La nouvelle réglementation sur la grippe aviaire mise en place par le Ministère de l’Agriculture contraint les éleveurs et éleveuses plein-air à confiner leurs volailles une grande partie de l’année (4 à 8 mois) lorsque le risque d'épidémie sera jugé "élevé". Cela revient, pour les volailles, à être tassées en très grand nombre, durablement et dans un lieu unique. Si cette obligation entre en vigueur, ce sont près d’un tiers des éleveur.se.s qui seraient obligé.e.s d’arrêter leurs activités. Ce serait catastrophique pour l’aviculture francilienne !

Les autorités laissent le lobby des industriels de l'élevage dicter la loi ! 

L’année dernière, certains éleveur.se.s bio se sont retrouvé.e.s coincé.e.s entre la DDPP qui impose la claustration et le certificateur bio qui remet en cause le label bio de la ferme à cause de l’enfermement.

Une manifestation à Paris, place de la République, a lancé la mobilisation des paysan.ne.s-éleveurs la semaine dernière, avec l’objectif de porter à la connaissance des citoyen.ne.s ce que les autorités sont en train de voter. 

Sommes-nous prêts à accepter que les animaux ne voient presque plus l’extérieur alors que c’est leur mode de vie naturel ? 

Cette réglementation va à l’encontre du bien-être animal, à l’encontre de l’agriculture paysanne que nous défendons. Par rapport à l’actuel plein-air, la nouvelle réglementation divise par 8, voire plus, la place pour chaque volaille. 

Ce n’est pas en réduisant l’espace de vie des poules en intérieur qu’on réduira les épidémies… 

Il serait plus pertinent de se préoccuper des transports, toujours plus nombreux et de la densité au sein des élevages qui est toujours plus élevée. C'est bien cette industrialisation massive de la filière qui génère un stress très important pour les animaux et qui est vecteur des épidémies. Par ailleurs, les petits producteurs plein air en totale autarcie, détachés de ce système de production massive,  pâtissent fortement des conséquences de cette crise dont ils ne sont pas responsables. 

Les éleveur.se.s de volailles plein-air en AMAP et vente directe se mobilisent, mais ont besoin de vous pour contrer cette offensive !

Point sensible

Fin de la dérogation à la claustration pour tous les élevages. 

En cas de crise, les élevages plein air bénéficiaient sous condition d’une dérogation à la claustration. 

Celle-ci, qui existait précédemment pour des raisons de bien-être animal, est remplacée par des dispositions de mise à l’abri excessivement restrictives. 

Ainsi, lors de périodes à risque, la claustration concernera l’ensemble des élevages, avec maintien de la mention « plein air » ce qui est d’une incohérence remarquable !

Dans le dossier presse Plein Air de la Confédération Paysanne vous trouverez tous les détails des nouveaux arrêtés. 

Contacts

  • Sophie Besnard, avicultrice (94) : 06 32 39 49 64
  • Claire Barlet, conseillère volailles GAB Ile de France : 06 40 30 01 94
  • Lucie Humbert, réseau des Amap Ile de France : 07 77 97 57 26 ou 07 80 89 99 46
  • Roxane Mitralias, Confédération Paysanne : 01 43 62 18 73

Aller plus loin

Comment soutenir cette action en tant qu'éleveur.se, amapien, citoyen ?
  • En en parlant autour de vous, dans vos groupes AMAP, sur les marchés, avec les élu.e.s de votre territoire... 
  • En rendant publique cette action
  • En signant la pétition en ligne (https://s.42l.fr/elevage-plein-air).
Le réseau des AMAP et le GAB IDF sont présents pour soutenir les petits élevages avicoles franciliens ! 

Actualités précédentes