Eric Gobard, céréalier (77)

«Je me suis converti au bio, car j’ai bénéficié d’une chaîne de témoignages». Rencontre avec Eric Gobard, céréalier (77), ferme de «démo» depuis 2013.


Pourquoi t’es-tu inscrit dans cette démarche des fermes de «démo» ? 

C’est toujours une aventure de se convertir en bio. Etre ferme de démonstration permet de démystifier l’agriculture bio, de rassurer. 1 samedi matin par mois, des agriculteurs qui sont à plus de 300km de ma ferme viennent voir le moulin et me poser des questions sur les difficultés de se convertir à la bio. De mars à juillet, on va sur le terrain. Si tu respectes l’assolement, les cultures, l’AB c’est pas si compliqué

Quel bénéfice en retires-tu ?

Un réseau. Ceux qui viennent me voir, restent en contact. De Poitiers à la Baie de Somme, je communique avec une trentaine d’agriculteurs qui se sont convertis. Comme ils sont venus visiter ma ferme en étant sur le point de se convertir, je reste un témoignage important pour eux. Le côté réseau est attractif. Je me suis converti au bio, car j’ai bénéficié d’une chaîne de témoignages. Il faut que je fasse bénéficier les autres de mon témoignage.
En étant ferme de démonstration, tu participes à cette chaîne de témoignages qui constitue à terme un grand réseau relationnel. Je ne sais pas comment tu pourrais l’appeler, une sorte de «biobook» !

Propos recueillis par Myriam Rafraf

... lire la suite